Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité
Bienvenue chez CENTURY 21 La Demeure, Agence immobilière SANNOIS 95110

Baisse hétérogène des prix immobiliers en Ile-de-France

Publiée le 29/05/2015

Par

-  jeudi 28 mai 2015 15:33
 
 

Le recul des prix de l'immobilier en Ile-de-France s'est poursuivi en début d'année 2015, contrairement à la tendance nationale. Mis à part le marché des appartements anciens en petite couronne, cette tendance baissière s'exprime de manière hétérogène d'une ville à une autre, tout particulièrement sur le segment des maisons anciennes.

  Les prix de l'immobilier ancien baissent à des rythmes différents en Ile-de-France

Bonne nouvelle pour les Franciliens. Si les prix de l'immobilier ancien ont pris 0,3% en moyenne nationale au premier trimestre selon les statistiques de l'Insee dévoilées jeudi 28 mai 2015, l'Ile-de-France échappe à cette tendance. Ils ont continué de diminuer sur les trois premiers mois de l'année, en particulier en petite couronne.

Accélération de la baisse en petite couronne

Plus précisément, les prix des appartements anciens reculent de 2% sur un an dans la proche banlieue parisienne. Le département des Hauts-de-Seine (-2,1% à 5.180 euros/m²) est un peu plus impacté que la Seine-Saint-Denis (-1,7%, à 3.160 euros/m²) et le Val-de-Marne (-1,9% à 4.130 euros/m²), mais globalement le marché reste homogène. Parmi les villes les plus actives, seules Saint-Denis (+1,9% à 3.320 euros/m²) et Montreuil (+1,2% à 4.680 euros/m²) affichent une tendance haussière. Si la baisse est en moyenne moins affirmée que dans Paris intramuros (-2,9%), les choses devraient changer d'ici quelques semaines. « D'après les indicateurs avancés sur les prix issus des avant-contrats, la baisse annuelle des prix des appartements ancien devrait s'accentuer pour atteindre en juillet 3,3% » en petite couronne, soulignent les notaires de Paris – Ile-de-France.

Côté maisons anciennes, l'analyse est plus complexe et les variations de prix plus extrêmes, notamment en raison de faibles volumes de vente (1.000 transactions ou moins). Sur un an, les prix reculent de 2,3% en Seine-Saint-Denis (258.800 euros) et de 2,1% dans le Val-de-Marne (336.000 euros) et dans les Hauts-de-Seine (551.300 euros). Mais dans le même temps, « parmi les communes enregistrant le plus de ventes, les évolutions annuelles varient entre -16 et +12% ». Difficile donc de mettre dans le même sac Aulnay-sous-Bois (+10,7% à 270.000 euros) ou Saint-Maur-des-Fossés (+11,9% à 592.000 euros) et Fontenay-sous-Bois (-16,1% à 385.000 euros) ou Rueil-Malmaison (-12,9% à 627.000 euros).

Fortes disparités en grande couronne

En grande couronne, le marché des appartements anciens est davantage baissier (-2,9% en moyenne) qu'en proche banlieue. Dans le détail, le recul s'échelonne de 2,7% dans le Val-d'Oise (2.650 euros/m²) à 3,2% dans l'Essonne (2.580 euros/m²). En revanche, et contrairement à la petite couronne, l'évolution des prix varie fortement, entre -17 et +15%, d'une commune à une autre.

Prix des appartements en grande couronne

Enfin, le marché des maisons anciennes en grande couronne s'avère le moins baissier de tous, avec un fléchissement de 1% en moyenne sur un an. Le Val-d'Oise (-1,9% à 263.800 euros) est plus impacté que les autres départements, où les variations à la baisse n'excèdent pas 1%. De plus, ce marché devrait subir une hausse des prix saisonnière avec l'arrivée de l'été, selon les données issues des avant-contrats. Là encore, les évolutions de prix sont très hétérogènes d'une ville à l'autre, allant de -18% à +8%.

Prix des maisons anciennes en grande couronne

Notre actualité